Quel statut juridique choisir pour un Freelance ? Le Guide 2020

statut juridique freelance choix

Ca y est, vous êtes prêt à sauter le pas et débuter dans l’aventure du freelancing ! L’indépendance, l’autonomie, la liberté en somme… Oui, mais il faut désormais penser au statut juridique de votre future activité professionnelle. Quel est le meilleur statut à adopter pour une activité de travailleur indépendant freelance en 2020 ? Focus pour découvrir quel statut juridique choisir pour un freelance afin d’exercer dans les meilleures conditions.

Quel statut juridique choisir pour un freelance indépendant ?

Oui, je sais.

L’administratif, le juridique, les papiers… C’est barbant, de prime abord, je vous l’accorde.

Mais saviez-vous que choisir le statut juridique le plus adapté à votre activité de freelance est primordial pour la rentabilité de votre entreprise ?

En effet, en cas de mauvais choix de statut juridique, vous courrez tout droit vers la noyade ! Avec au menu : suffocation, stress et panique. Rien que ça.

Voyons ensemble les différents statuts juridiques que vous pourriez sélectionner en tant que freelancer, pour commencer votre activité en toute sérénité et sans difficultés.

# 1 – Micro-entrepreneur freelance (ex auto-entrepreneur)

Que de termes complexes et effrayants pour nommer ces statuts disponibles à la création de votre activité freelance, pas vrai ?

Attardons-nous sur la 1ere option qui séduit 54% des créateurs d’entreprise en 2019 : le statut de micro-entrepreneur (anciennement appelé auto-entrepreneur).

Le statut de micro-entrepreneur est bel et bien le statut le plus simple pour vous, freelance en devenir. Pourquoi ?

Tout d’abord, parce que :

  • les formalités d’inscription sont extrêmement simplifiées
  • le coût de la création est très modeste
  • la comptabilité est allégée tout comme la fiscalité
  • le suivi administratif est simplifié

Seul bémol : lorsque votre entreprise prend de l’ampleur et dépasse les seuils autorisés de chiffre d’affaires. 70 000€ annuels, selon les spécificités de votre activité.

En soi, votre soucis sera un “bon problème” lorsque vous atteindrez ce seuil de CA. Cela indiquera que votre activité freelance a le vent en poupe et se développe correctement ! Champagne !

Comment s’inscrire en auto-entrepreneur freelance ? (micro-entrepreneur)

La démarche pour y parvenir est simplissime :

1. Rendez-vous sur le site de CFE (Centre de Formalité des Entreprises), vous devrez ensuite choisir selon votre type d’activité. Si vous avez une activité commerciale (vente de produits physiques ou de services (comme le consulting, la rédaction web etc)) vous vous orienterez vers le site de la CCI (Chambre de Commerce et de l’Industrie).

Si votre activité est artisanale, le CFA est votre organisme compétent. Enfin, ce sera l’URSSAFF pour une activité libérale (infirmière par exemple).

Normalement, si vous êtes sur Freelance Abondance, l’activité que vous exercée sera plutôt liée à la CCI. Il s’agit de la vente de services ou de biens, et non pas de l’artisanat ou du libéral.

2. Remplissez les données requises pour créer votre statut juridique freelance micro-entrepreneur. Il s’agit d’indiquer vos coordonnées, votre domiciliation, votre type d’activité.

3. L’immatriculation en elle-même est totalement gratuite, lorsque votre demande internet est enregistrée vous recevez un mail de confirmation

4. Recevez sous une dizaine de jour un document validant votre création d’entreprise freelance, avec un extrait K-BIS correspondant.

Bravo ! Vous êtes officiellement freelance !

# 2 –  EIRL (Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée)

L’EIRL est une variante de la micro-entreprise, son objectif a pour but de protéger le patrimoine personnel détenu par le créateur d’entreprise. Ainsi, cela limite les risques financiers potentiels.

En bref, la formalité de création est identique à la micro-entreprise à partir du CFE. A un détail près : vous déposerez une déclaration d’affectation lisant tous les biens pouvant servir de garantie aux créanciers professionnels.

Par ailleurs, l’inscription est partiellement payante puisque vous devrez vous affranchir 62.40€ au titre de l’Immatriculation au Registre du commerce et des sociétés (RCS).

Concernant la gestion administrative, vous êtes tenu de fournir plus de documents en EIRL qu’en micro-entreprise :

  • ouvrir un compte bancaire dédié à l’activité
  • tenir une comptabilité (un livre de recettes ne suffit pas)
  • établir des comptes annuels

Vous l’aurez compris, l’EIRL nécessites quelques efforts administratifs supplémentaires. Cependant, le statut protège vos bien personnels en cas de difficultés professionnelles.

quel statut freelance

# 3 – EURL ou SASU (société unipersonnelle)

Opter pour une société unipersonnelle vous permet de réglementer le fonctionnement de votre société par le biais de statuts. Les statuts sont à rédiger et déposer à l’ouverture de votre société.

Un fonctionnement en SASU nécessite une comptabilité, une approbation des comptes etc. Pour en connaître davantage sur ce statut, je vous invite à consulter le site du Service Public.

# 4 – Portage salarial

Démarrer votre activité de travailleur indépendant via le portage salarial peut aussi être une bonne alternative.

En effet, travailler en freelancing via le portage salarial vous permet de :

  • conserver une couverture sociale identique au salariat
  • bénéficier du réseau pro de votre entreprise employeur
  • goûter à l’indépendance professionnelle tout en ne basculant pas totalement en indépendant

Il s’agit, en réalité, d’une solution à mi-parcours entre salariat et entrepreneur. Le fonctionnement réside en une activité de consultuing, rémunéré sous forme d’honoraires.

Quel est le meilleur statut pour un Freelance qui débute ?

En définitive, hormis si vous avez beaucoup de bien personnels à protéger et des sommes importantes à investir dans votre société, la solution facilité est le statut micro-entrepreneur.

C’est le statut qui permet de se lancer immédiatement, avec une fiscalité simplifiée et un coût de création inexistant.

Il est idéal pour tester une activité. Si toutefois votre activité indépendante ne rentrait pas dans les cases (larges) de la micro-entreprise, la meilleure solution serait de contacter un organisme qualifié pour vous accompagner. Dans un premier temps, n’hésitez pas à consulter le site de la CCI de votre région.

Et ensuite, que se passe-t-il lorsque la création d’entreprise est réalisée ?

Il est grand temps de trouver vos premiers clients et lancer votre activité sur les chapeaux de roues ! Pour cela, rien de plus simple, commencez par un accompagnement personnalisé en cliquant ici. Ou profitez de votre guide offert avec 7 idées futées pour générer 2000€ de CA en moins d’un mois. C’est à vous !

Bon succès,

Maïté.

Voulez-vous générer 2000€ de CA en moins d’un mois ?

Partager :

CONTENU GRATUIT

Découvrez 7 idées futées pour trouver des clients sans forcer et booster votre activité freelance dès maintenant. Vous êtes à 1 prénom, 1 email et 1 clic de propulser votre business Freelance…  

FREELANCE ABONDANCE

Je suis Maïté Ropers, rédactrice web seo freelanceconsultante en stratégie SEO et serial entrepreneure. Je vous aide et vous accompagne pour booster votre activité freelance à travers la méthode La ProspectiC et sa technique OREKA.

L’objectif ? Vous permettre de trouver plus de clients pour remplir votre carnet de missions freelance sur les mois à venir. Pour commencer, accédez de ce pas à votre guide offert ci-dessus.

SÉLECTION D’ARTICLES

chaîne youtube

Lire la vidéo

Coaching privé

Je vous accompagne pour définir votre meilleure stratégie pour développer votre activité freelance : du consulting puissant qui change votre vie professionnelle.